JEAN-CLAUDE GOLDBERG


Jean-Claude Goldberg est un artiste peintre qui vit et travaille à Paris.
Après un été à New York en 1968, fortement impressionné par la découverte de Manhattan, ville électrique et pleine d’énergie, il décide de s’y installer définitivement l’année suivante.

Sans argent et parlant très mal l’anglais, mais armé d’un diplôme de l’Ecole des Arts Graphiques de Paris, il bâtit un premier portfolio.
Muni de ce dossier contenant un dizaine d’annonces publicitaires fraichement créées dans son hôtel, il décroche rapidement un premier job comme assistant dans une célèbre agence de publicité, Foote Cone & Belding, située au 47ème étage d’un des plus hauts gratte-ciel de Manhattan.
C’est alors que démarre sa carrière dans la publicité qui va durer un grand nombre d’années comme Directeur Artistique et bien plus tard comme Directeur de Création.

Peu de temps après, Jean-Claude atterit chez Doyle Dane Bernbach, une des agences les plus novatrice du marché de la publicité New Yorkaise.
Son fondateur Bill Bernbach nomme Jean-Claude Directeur de Création et décide de le renvoyer à Paris afin d’ouvrir sa filiale. Très rapidement l’agence devient la plus créative du marché.
Plus tard Jean-Claude ouvre sa propre agence de publicité sous la forte influence de Doyle Dane & Bernbach et pendant 5 ans celle-ci s’avère être également une des petites agences les plus créatives de Paris avec des budgets tels que les appareils photographiques Leica et les briquets Dupont.

Frustré par les obligations créatives de cette profession et toujours motivé par la pratique du crayon et celle du pinceau, il retourne à sa vocation première : la peinture. Jean-Claude Goldberg a toujours été un artiste. C’est inscrit dans son ADN. Il a pratiqué l’annonce publicitaire comme un plasticien oeuvrant au service de la consommation.

Depuis 27 ans il est peintre à temps complet. C’est dans les galeries de New York, du Massachusetts et du New Hampshire qu’il expose son travail.
Dans un premier temps il va créer au fusain des dessins figuratifs grandeur nature. Ensuite il va parcourir les rues et photographier les canettes de bière, de Coca Cola vidées de leur contenu. Elles vont renaître sur des grands tableaux à l’huile.
Inspirées des sculptures compréssées de César, les canettes sont une histoire ; derrière la canette il y a un art tant dans sa référence à la publicité que l’objet de consommation en tant que tel.

Jean-Claude pense que son art a une fonction “Transformative”. Avec son pinceau, il brosse le naturel pour en faire cet “autre chose”. La maîtrise de son art s’appuie sur une solide armature au service d’une idée la plus percutante possible.
Jean-Claude Goldberg a toujours recherché le “coup de poing” après l’avoir pratiqué dans ses années de pub. Il y ajoute la couleur, ce précieux “pouvoir de la séduction” .

︎